REC (re-collection). #10.

.

Introduction rédigée le dimanche 16 janvier 2011.

C’est un sentiment étrange qui anime mes doigts ce soir, à l’écriture de ce dixième épisode de REC, la re-collection.

Vous suivez peut-être les événements qui se passent en ce moment en Tunisie. Moi oui en tout cas. Heure après heure. Certes, je n’y vis plus depuis six ans maintenant, mais mon cœur y est toujours profondément ancré. Revoir alors à la télévision les lieux de mon adolescence, eux qui m’ont vu grandir et découvrir mes premières fois, me découvrir, revoir le Peuple Tunisien, qui m’a forgé et a fait de moi qui je suis aujourd’hui, m’affectent profondément. Quand les images qui parviennent de ces lieux sont celles de lieux sont assiégés, attaqués, détruits, et que les images du Peuple Tunisien sont celles d’un Peuple qui se bat pour ses libertés, ses convictions, qui souffre et meurt.. la douleur est d’autant plus intense.

Aujourd’hui.

Je n’ai pas réussi à terminer ce billet dimanche. Ce soir encore, quelques larmes tombent sur ce texte à la pensée de ces événements.

Je vous propose donc de découvrir ce dixième épisode de REC ce soir, maintenant que je peux tapoter au clavier sans avoir à m’arrêter pour une douleur trop intense, mais tout de même imprégné de ce sentiment qui me noue l’estomac ce soir, encore.


Portrait d’un nouveau départ

Portrait au nouveau départ

Limoges, dans l’espace d’ESTER Technopôle, le 11 avril 2007, 16:02:23.

Nous sommes quelques-uns, assis dans l’herbe entourant la Technopôle de Limoges, à attendre. Il y a quelques minutes, notre groupe de projets tuteurés, « Coqkâhlan » (je me surprends à retrouver de mémoire son orthographe impossible), a présenté sa réalisation au jury, point d’orgue (et final) de cette année scolaire de Licence Professionnelle. Pauline, Caroline, Arnaud et moi soufflons. Le plus dur est passé. Huit mois d’apprentissage intensif, parsemé de moments formidables, de journées interminables, de nuits blanches, mais toujours dans la bonne humeur amenée par le Groupe.

Le plus dur est aussi à venir. Il va maintenant falloir nous séparer, chacun prenant une route différente vers son stage de fin d’études. Les chemins divergent, mais s’ouvrent complètement devant nous, avec l’entrée dans le « monde du travail », dans des agences comme Le Studio Vert, FullSix, Pixine… Après huit mois formidables de vie (presque) commune, le temps est venu. La fin de l’ère « Licence Pro » sonne le début de celle que l’on nommera ensuite « VIP ».

Le plus dur est passé. Le plus dur est à venir. Il nous faut maintenant nous lever, et avancer vers cette nouvelle liberté, cette voie nouvelle qui s’étend à nos pieds, sans horizon, cette nouvelle vie que nous avons à construire. Tous séparés. Tous ensemble. Pour ce nouveau départ.

Commentaires

  1. la mamounette

    J’adore!
    Les sentiments que tu partages « à l’aube d’un nouveau départ » témoignent bien le passage du temps des études au monde professionnel, passage inéluctable, tentant mais angoissant avec toutes les interrogations qu’il engendre.
    Et au bout du compte, on prend conscience que chaque moment est unique et source d’enrichissement perso.
    L’intro avec la Tunisie fait aussi partie de ce grand moment et ta conclusion te concerne ainsi que tes amis, nous concernent ou nous a concerné, nous lecteurs et est en pleine actualité pour nos amis Tunisiens, belle coïncidence!

  2. Jagrina

    Magnifique comme toujours. On pense fort à nos tunisiens…Sèche tes larmes, un nouveau jour est arrivé !

Rejoindre la conversation

Veuillez remplir ces quelques champs, ou, plus simple :
Toutes les informations restent confidentielles et ne seront jamais partagées. Promis.