REC (re-collection). #9.

.

Toute l’équipe du blog se joint à moi pour vous présenter nos plus plates excuses concernant le retard dans la publication. Retour à un rythme hebdomadaire. Merci de votre patience. :)


Beauté extérieure

Paris, sous le Pont de la Tournelle, le 9 mars 2007, 16:59:00.

Suite du parcours dans la capitale, sur un petit trajet pedestre reliant la Place de l’Étoile à la Gare d’Austerlitz (épisode précédent ici : REC #8 – Dérive parisienne). Pour le plaisir de flâner et le plus grand bonheur des yeux.

Quelques kilomètres en amont du Quai du Port du Louvre, sur la rive gauche maintenant, le passage auprès de la Cité est agréable. Se retrouver à hauteur d’eau offre une vue qui me surprend toujours. Je ne m’en lasse pas. Étrange sensation que se sentir fourmi, en levant le regard sur les bâtiments qui surplombent la Seine.

En remontant encore le fleuve, je tombe des nues au pied de la Belle. Point d’orgue de cette marche. Je la dévore des yeux, je savoure cet instant de flottement, sans bâteau-mouche bondé, seul sur les quais. Tête à tête. Reprise de la marche et arrivée sous le Pont de la Tournelle, à deux pas. Le point de vue est tout autre. Elle me paraît maintenant emprisonnée, sous cette voute du pont. Celle qui semble défier toutes les mesures est maintenant contenue, presque palpable. C’est amusant.

Je ne suis jamais entré dans la Cathédrale Notre-Dame (indignation générale). Je ne sais pas vraiment pourquoi. J’aime suffisamment sa fière allure, sa stature imposante sur cette île qui paraît minuscule, pour ne pas avoir le besoin ou l’envie de visiter ses entrailles. Un jour peut-être, quand sa beauté extérieure ne me comblera plus.

Comments

Open the conversation

Please fill this couple of fields, or, easier:
It all stays confidential, promise. Your information will never be shared.