Excuses

Cher lecteur/lectrice. Je suis désolé. Ce premier épisode sera long. Pas parce que je viens de ré-ouvrir les Contes des 1001 Nuits. Pas seulement. Ce sera un épisode un peu long par le nombre d’aventures et mésaventures qui sont arrivées dans les premières heures et journées de notre périple.on_
Ce sont des Carnets de Voyage, pas des « Quatrième-de-Couverture de Carnet de Voyage » après tout.
Je ne m’offusquerai pas si vous lisez en diagonale cet épisode (surtout que je n’en saurai rien). Mais si vous aimez lire, vous trouverez que chaque détail a son importance et a un rôle dans l’aventure au complet.

Entrons dans l’histoire …

Jour#1
Moments difficiles.

Oui, c’est comme cela que notre voyage a commencé. Avec l’annonce d’un ouragan se dirigeant droit vers nous.

Après un bon vol de 5½ heures, direct depuis Oakland, Californie, nous commençons notre descente doucement, et, passant sous les nuages, nous découvrons petit à petit les courbes ocre-rouge, de la côte de Līhu’e, ville principale de l’île de Kaua’i.
Océan turquoise et bleu profond, roche de lave noire, sol rouge, paysages verdoyants … le paradis que nous apercevons par la petite fenêtre est suffisant pour donner à nos corps un premier coup d’adrénaline.

« – On y est !! »

À la porte d’embarquement, nous quittons la cabine réfrigérée à l’air conditionné pour entrer dans une zone chaude et humide. Surprenant au départ, tellement habitués aux aéroports froids et stérilisés. Ici, à part pour celles qui séparent la zone d’attente du tarmac, il n’y a pas de fenêtre, et le vent souffle et apporte les fragrances de l’extérieur jusque dans les moindres recoins du terminal.

Nous récupérons notre sac au carrousel, nous asseyons et attendons le bus qui nous amènera en centre-ville. Je suis sur mon téléphone, à vérifier les messages de CouchSurfing, Tetyana recoud mes sandales tunisiennes.

Mon cerveau bascule pour quelques temps en mode « planification », et repasse en mémoire les prochains jours, comme si j’avais besoin de m’en rappeler et de vérifier :

  • Jour 1 : récupérer des provisions et aller au Nord de l’île, proche du départ du chemin de randonnée. Nuit chez Eli (CouchSurfer) ;
  • Jours 2, 3 & 4 : randonner le Kalalau trail. 18 kilomètres (11 miles) en comptant simplement l’aller, difficile et éreintant, parmi les 20 randonnées les plus dangereuses au monde, mais prenant place au milieu de la Nature intacte et paradisiaque nommée Nā Pali Coast. Camping ;
  • Jours 5 & 6: retour à Līhu’e pour récupérer la voiture de location (ça serait stupide de payer pour les quatre premiers jours, alors qu’on sera en train de marcher et que la voiture dormira sur un parking), se reposer et explorer le Sud, en restant à Kōloa chez Yvonne ;
  • Jours 7 & 8: Waimea Canyon et Koke’e State Park. Explorer le sommet de l’île. Frais et humide à prévoir là-haut. Rien de plus que des chemins de randonnées et de la nature. Camping ;
  • Jour 9: refaire les sacs au petit matin, aéroport, et vol pour Big Island.

Je me suis arraché un peu les cheveux pour faire cet itinéraire, été très chanceux de trouver des permis pour le Kalalau à la dernière minute (ils sont très limités—60 permis par jour, c’est-à-dire 60 personnes seulement sont autorisées chaque jour à être sur le chemin ou dans les camps !—et sont souvent complètement vendus jusqu’à un an à l’avance, j’ai trouvé les nôtres 3 semaines avant notre départ, probablement d’un groupe qui a annulé, notre chance), rechercher des hôtes, envoyer les messages, trouver les activités …

Bref. Commençons notre aventure !

Les mauvaises nouvelles arrivent vite. Eli, le gars qui a offert de nous héberger pour notre première nuit sur l’île est injoignable. Téléphone en main, je contacte autant de personnes que je peux trouver pour espérer avoir un toit à la dernière minute, alors que notre bus navigue et arrive bientôt en ville.

Nous devons juste faire un arrêt rapide à Walmart pour acheter une cartouche d’isobutane pour notre réchaud de camping, et nous sommes supposés partir au Nord, pour nous rapprocher du départ du Kalalau. Demain, nous commencerons à randonner dans ce que doivent être les paysages les plus fabuleux que nous ayons jamais vus.

Hum. Walnut n’a plus de cartouche en stock. Notre chance. Nous faisons notre premier trajet en auto-stop pour rejoindre Kukui Grove, une autre zone commerciale avec un K-Mart. Hors stock aussi. Hum. Troisième et dernière option est Sport Authority, où nous trouvons finalement les fameuses cartouches. Un peu plus chères qu’ailleurs, mais la caissière est aussi la personne la plus gentille au monde, et applique très généreusement tous les coupons qu’elle a sous la main. « Ce coupon pour -20%, celui-là aussi » … allant même jusqu’à séparer chaque item sur un reçu différent pour pouvoir appliquer les coupons plusieurs fois. Karma.

« Aloha! »

Nous achetons une bière du supermarché local dans Kukui Grove, et la buvons lentement et dans la bonne humeur (« on y est ! Pour de vrai ! »), et mangeons nos sandwiches, en attendant le bus 70 pour Hanalei. Les noms résonnent comme nulle-part ailleurs.

Une petite bière en attendant le bus pour Hanalei

Une petite bière en attendant le bus pour Hanalei

On embarque, et après quelques arrêts, un couple de jeunes s’assoit devant nous. Elle est probablement du continent, il est sûrement d’ici. Ils ont une dispute, et il rejoint le siège de l’autre côté du bus, de l’autre côté de l’allée. Mauvais mots probablement. Il ouvre un étui, et en sort un ukulélé, commence à chanter et jouer.

« Aloha! »

Dans le bus pour Hanalei, Kaua'i, Hawai'i

Nous arrivons à Fruit Stand (Marchand de Fruits), notre premier arrêt. De là, nous devons faire en auto-stop les trois derniers miles (cinq kilomètres) qui nous séparent de Chanterelle, une gentille personne qui a accepté que nous laissions un sac-à-dos chez elle, pendant que nous serons en randonnée.
Mais les choses se sont compliquées en route. Une grosse pluie a démarré. Pas la pluie de tous les jours. Pluie tropicale. Longue. Intense. Lourde. La douche.

Auto-stop, Kauai, Hawaii
Auto-stop, Kauai, Hawaii
Auto-stop, Kauai, Hawaii

Une voiture s’arrête finalement. À l’intérieur, un couple de Bulgarie avec deux adorables bambins, et voilà qu’ils commencent à parler russe avec Tetyana. C’est notre premier jour sur l’île, c’est leur dernier jour de vacances. Karma encore.
Ils nous déposent devant la maison de Chanterelle et nous souhaitent bonne chance.
Nous marchons et entrons dans la propriété pour découvrir une bâtisse magnifique, entourée de beaux jardins, fontaines et sculptures.
Nous sommes salués, et engageons la conversation, alors que je refais nos sacs pour les prochains jours.
Mahalo (merci), et nous voici à nouveau sur l’autoroute (« autoroute » ici, simple voie dans chaque direction, longeant la côte) pour faire de l’auto-stop et rejoindre la fin de la route.

C’est une chose à laquelle nous ne sommes pas vraiment habitués : « la fin de la route ». Alors que l’île prend la forme d’un cercle quasi parfait, l’autoroute n’en fait pas le tour complet, mais ressemble plutôt à un C inversé, ou un U (dépend de votre vision sur le monde :) ). Et la partie où il n’y a aucune route, c’est notre destination, bien entendu.

 

Sur la carte, regardez la partie Nord-Ouest, là où la montagne et le vert semblent rejoindre l’Océan. C’est la Nā Pali Coast. Aucune route. On se dirige donc maintenant vers la fin de la route du haut, là où sont Ke’e Beach Park et le départ du chemin de randonnée. Démarrer tôt et avant la vague de chaleur est crucial pour espérer traverser le Kalalau en un seul morceau.

Nous sommes pris en stop par J-man. Jimmy, James … on n’a pas vraiment compris son nom, bien que répété plusieurs fois. Mais ce qu’on sait, c’est qu’il est scientifique, chimiste, travaillant sur un remède contre le cancer à base de plantes. Il est originaire de New York, est arrivé à Kaua’i il y a environ 20 ans, et n’a pas réussi à partir depuis. Il va régulièrement à Portland, Oregon pour son travail, a essayé de déménager pour retourner sur le continent, mais une force l’a ramené. Il ne se l’explique pas, dit-il, mais il a essayé et n’a pas réussi à rompre ses liens avec l’île.

Sur la route pour Hanalei, Kauai, Hawaii

Sur la route pour Hanalei

Nous arrivons à Hanalei, où notre chauffeur nous dépose et part après nous avoir fait un signe de la main. La plage et le campement sont peut-être trois kilomètres plus loin.
Il est 17h55, et l’estomac nous appelle. Nous faisons un petit stop et marchons vers un café-galerie qui se trouve là.

Hanalei, Kauai, Hawaii

Petit arrêt snack au Hanalei Colony Resort !

Il pleut à nouveau. Le café ferme ses portes. Pas de chance. Il a un petit auvent à l’extérieur, et nous nous asseyons, attendant que la pluie cesse.

Pluie à Hanalei, Kauai, Hawaii

La maîtresse des lieux a finit de nettoyer et sort pour rejoindre sa voiture. Elle s’arrête et regarde dans notre direction.

« – Vous allez à Kalalau ?
– Oui ! On va camper cette nuit à Ke’e et on démarrera la randonnée demain matin.
– Le chemin est fermé me semble. J’ai vu un couple de gens ce matin qui m’ont dit qu’ils y allaient, mais ils sont revenus en disant que c’était fermé.
– Oh … (silence. On se regarde, entre confusion et dénis). Ok. Merci !
– Et vous voulez sûrement pas camper ce soir. On dirait qu’il va pleuvoir toute la nuit, et même dans les meilleures tentes, vous allez finir trempés sur la plage. Ça sera pas une partie de plaisir ».

Le cœur s’accélère.
Je prends le téléphone de Tetyana et me connecte.
dlnr.hawaii.gov

Message de fermeture du Kalalau Trail sur dlnr.hawaii.gov

« Kauai – Polihale State Park est fermé à cause de l’inondation de la route d’accès.
Kauai – Le Kalalau Trail est fermé à cause de risques d’inondation éclair. Restez en sécurité, faites demi-tour, ne mourrez pas noyé.
Maui – Le parc Polipoli Spring State est fermé à cause d’inondations. »

L’horrible message. « Faites demi-tour, ne mourez pas noyé », plutôt clair et précis.

Je lis le message une second fois, pour être sûr.
Je le lis à voix haute, pour que mon cerveau accepte l’information et mettre Tetyana au courant.

« – On fait quoi maintenant ? »

Mes semaines de préparation et d’efforts pour mettre en place cette « aventure Kalalau » disparaissent en une seconde. En un claquement de doigts. Je ressens comme un vide.

Nous avons faim. Il pleut averse.
Nous sommes bloqués là. Le Soleil se couche.
Nous décidons de déballer quelques douceurs. Un peu de carburant sera le bienvenu pour se remettre à penser et faire de nouveaux plans : vin, fromage, olives, et quelques bonne choses gardées du service en vol.

Hanalei, Kauai, Hawaii

Profiter d’une situation de m*$@e

Hanalei, Kauai, Hawaii

On garde le moral ! Au moins, on est à Hawaï !

Je contacte Chanterelle et lui explique notre nouvelle situation, lui demandant si l’on peut passer la nuit chez elle. Elle accepte gentiment.

« – Allons chez elle, et au dodo. La nuit porte conseil. On regardera les news demain et on avisera ».

Nous finissons notre casse-croûte, et retournons sur la route. De l’autre côté cette fois-ci, retour.
Il pleut encore. Et nous sommes dans un noir complet. La nuit tombe rapidement ici.
Je sors nos lampes frontales, nous les utilisons pour être vus et faire signe aux voitures que nous avons besoin d’aide. La troisième voiture s’arrête enfin, sous la pluie.

Hanalei, Kauai, Hawaii
Hanalei, Kauai, Hawaii

« – Oh c’est cool ! », il nous dit.

Dans la voiture, Michael, photographe de mariage sur Kaua’i #1. Il rentre tout juste d’un shooting près de Ke’e. Il rentre à Kapa’a, nous sommes sur sa route. Une bonne vingtaine de minutes à discuter, de tout et de rien, et nous arrivons à notre abri providentiel pour la nuit.
Douche à l’extérieur (oui, le climat est tellement bon ici tout au long de l’année que la plupart des habitants ont leur douche à l’extérieur. TELLEMENT bien ! :)  ), bonne nuit.

Météo, Hanalei, Kauai, Hawaii

Demain et les prochains jours …

Jour#2
Nouveaux plans, retour sur la route. Po’ipū.

Réveil matinal.

Kauai, Hawaii

Premier « bon matin ! » à Hawaï

Maison et montagnes vertes, Kauai, Hawaii

On aurait pu être trempés en essayant de camper sur la plage …

Café, tartines, carnet de route.

Tetyana et son journal, Kauai, Hawaii
Bérenger fait le café, Kauai, Hawaii

Le site web des Parcs Nationaux affiche toujours le même message. Sentier fermé. « N’y allez pas, restez en vie ».
Faisons de nouveaux plans. Récupérons la voiture plus tôt que prévu, et changeons notre itinéraire.

Homme dans le jardin, Kauai, Hawaii
Jardin vert, Kauai, Hawaii

Une rapide concertation avec notre hôte de dernière minute, et nous décidons de retourner à Līhu’e. Chanterelle, qui doit délivrer certaines de ses créations à un magasin local (oui, c’est une créatrice talentueuse #2), nous amène à l’arrêt de bus le plus proche.

Bus Hanalei-Lihue, Kauai, Hawaii

De retour dans le bus. Tellement tellement tellement vert partout.

Retour dans le bus, retour à Līhu’e. Nous marchons vers l’aéroport pour rejoindre la compagnie de location de voitures. En chemin, nous rencontrons tout un tas d’animaux locaux sauvages : des poules.

Poules dans un parc, Lihu'e, Kaua'i, Hawai'i

Sur une des places principales de Līhu’e. Des poules. Juste des poules pour courent partout. En centre-ville.

Poules, Lihu'e, Kaua'i, Hawai'i

… et devant le magasin de bricolage local, sur le parking.

Ces poules sont étrangement présentes partout. La première croisée était juste … devant la sortie du terminal à l’aéroport. Partout, même devant le KFC local. Poules insouciantes. Nous découvrirons leur origine dans les jours suivants.

L’agence de location est bien remplie, mais après une heure d’attente, nous recevons finalement une belle petite Chevy, parfaite pour nous.
Nous conduisons pour rejoindre un supermarché, mais découvrons un marché fermier sur le parking de Kiku’i Grove. Rempli de fruits et légumes on-ne-peut-plus frais, et pas chers. Première noix de coco fraîche aussi, avec un local plus que sympathique.

Kiku'i Grove Farmer's Market, Lihu'e, Kaua'i, Hawai'i
Kiku'i Grove Farmer's Market, Lihu'e, Kaua'i, Hawai'i
Kiku'i Grove Farmer's Market, Lihu'e, Kaua'i, Hawai'i
Kiku'i Grove Farmer's Market, Lihu'e, Kaua'i, Hawai'i
Kiku'i Grove Farmer's Market, Lihu'e, Kaua'i, Hawai'i

Nous remplissons la voiture de bonnes choses et arrivons ensuite à Kōloa, pour rencontrer Yvonne, notre hôte. Elle a une superbe maison sur les hauteurs, confortable et incroyable, ainsi qu’un jardin fruitier.

Eucalyptus tunnel, Koloa, Kaua'i, Hawai'i

Un tunnel d’eucalyptus, sur la route pour Koloa

Nous déposons nos sacs, papotons, nouvelles, météo, et nous remettons en route pour descendre à Poi’pu beach.

Couple heureux à Poi'pu Beach, Kaua'i, Hawai'i

Couple heureux à Poi’pu Beach !

Fille de l'Océan heureuse à Poi'pu Beach, Kaua'i, Hawai'i

Fille de l’Océan heureuse à Poi’pu Beach !

Poi'pu Beach, Kaua'i, Hawai'i

Première nage, premier vrai coucher de Soleil. Et un de ceux qui vous laisse sans voix.

Poi'pu Beach, Kaua'i, Hawai'i
Poi'pu Beach, Kaua'i, Hawai'i
Poi'pu Beach, Kaua'i, Hawai'i

L’eau est plus que limpide

Moment du coucher de Soleil. Explosion de couleurs. Juste … fabuleux.

Coucher de Soleil à Poi'pu Beach, Kaua'i, Hawai'i
Coucher de Soleil à Poi'pu Beach, Kaua'i, Hawai'i
Coucher de Soleil à Poi'pu Beach, Kaua'i, Hawai'i

Pas vrai ?!

De retour à la « maison », nous discutons et nous mettons à jour avec les nouvelles que nous donne Yvonne : Kilo s’aligne avec Kaua’i et devrait toucher terre mardi. 
Derrière ce doux nom, un ouragan, qui vient juste d’être promu, de « dépression tropicale » à « ouragan de catégorie 1 ». Vents violents, pluies torrentielles et inondations à prévoir. En gros, un « restez à la maison ».

Kilo arrive depuis le Sud, et remonte pour toucher Kaua’i en temps qu’Ouragan de Catégorie 1.Sur la carte, nous sommes—Kaua’i est—le point significatif le plus à gauche de l’archipel. Donc oui, en plus sur la route.Oh, et généralement, les ouragans touchent Hawaï par l’Est ou le Sud. Ceux qui arrivent par le Sud sont souvent les plus violents et dangereux, d’après l’Histoire.
© AccuWeather.com

Kilo arrive depuis le Sud, et remonte pour toucher Kaua’i en temps qu’Ouragan de Catégorie 1.
Sur la carte, nous sommes—Kaua’i est—le point significatif le plus à gauche de l’archipel. Donc oui, en plus sur la route.
Oh, et généralement, les ouragans touchent Hawaï par l’Est ou le Sud. Ceux qui arrivent par le Sud sont souvent les plus violents et dangereux, d’après l’Histoire.

© AccuWeather.com

Nous décidons de passer les prochains jours dans les alentours.

Jour#3
Personne autour. Exploration du Jardin Botanique National Tropical et la plage isolée de Maha’ulepu.

Alerte météo, Kaua'i, Hawai'i

« Alerte d’urgence. Alerte à l’inondation éclair dans cette (notre) région en vigueur jusqu’à 4 heures du matin. Évitez les zones inondées. Vérifiez les informations locales.« 

Nouvelles matinales. Je reviendrai sur les « flash floods » (« inondations éclair ») dans les prochains épisodes.

Levés avant l’aurore, une nouvelle journée commence, et nous comptons en profiter un maximum!

Lever de Soleil, Koloa, Kaua'i, Hawai'i

Nous descendons dans le jardin pour récupérer quelques goyaves et fruits de la passion, bien frais.

Goyaves, Koloa, Kaua'i, Hawai'i
Koloa, Kaua'i, Hawai'i

Petit-déjeuner au paradis ?

Lizard, Koloa, Kaua'i, Hawai'i

Oh ? Bonjour toi !

Avece deux pass offerts par Yvonne, nous allons vers le Jardin Botanique National Tropical. Il pleut toujours, et il n’y a pas grand monde autour et sur la route.

Nous attendons dans la voiture que l’averse se calme, puis nous prenons la navette qui nous conduira dans le parc—Jurassic Park style. Nous suivons la route, en hauteur sur la côte, au dessus de l’Océan et d’une plage isolée, pour arriver à un portail motorisé qui s’ouvre sur un morceau de nature qui semble intact.
Le parc est vide, nous ne croiserons pas âme qui vive (à part les animaux) durant les deux heures que nous passerons à visiter.

National Tropical Botanical Garden, Kaua'i, Hawai'i

Dans la navette

National Tropical Botanical Garden, Kaua'i, Hawai'i

L’entrée du parc

National Tropical Botanical Garden, Kaua'i, Hawai'i

Le Jardin Botanique a une large collection d’orchides 

National Tropical Botanical Garden, Kaua'i, Hawai'i

Et fruits !

National Tropical Botanical Garden, Kaua'i, Hawai'i

Et des trucs bizarre !

National Tropical Botanical Garden, Kaua'i, Hawai'i

Et des trucs encore plus bizarre !

National Tropical Botanical Garden, Kaua'i, Hawai'i
National Tropical Botanical Garden, Kaua'i, Hawai'i
National Tropical Botanical Garden, Kaua'i, Hawai'i
National Tropical Botanical Garden, Kaua'i, Hawai'i

Le tunnel rafraîchissant

Une des bons points est que ce Jardin Botanique est très éducatif. Vraiment. De l’explication de ce qui est natif, aux espèces invasives/étrangères, les différentes phases historiques de l’Île … il y a beaucoup à apprendre. Cela signifie aussi parfois se retrouver face à de tristes constats :

National Tropical Botanical Garden, Kaua'i, Hawai'i

Perte d’Habitat.
« Cette carte représente la quantité d’habitat qui a été altéré par l’Homme. Plus le rouge est foncé, plus le changement est important. Plus de 90% de l’habitat original a été perdu dans les zones avec le rouge le plus foncé. »

:(

Dans la navette pour sortir du Jardin, nous prenons un peu de temps pour appeler le Département des Terres et Ressources Naturelles pour voir ce qui peut être fait avec notre permis pour le Kalalau Trail. Après tout, nous avons payé $ 88 pour l’avoir, et ne pas pouvoir l’utiliser, le sentier étant fermé à cause de Kilo.
Nous avons aussi acheté un permis pour deux nuits à Koke’e State Park, pour les nuits suivant le Kalalau. Nous décidons, et la demande est validée par l’agent du DTRN, de changer les deux permis : allons à Koke’e demain, en avance, et finissons notre voyage sur Kaua’i par le Kalalau. Avec de la chance, d’ici là, la météo sera plus clémente et le sentier sera ouvert. L’agent nous notifie que la ré-ouverture n’est pas certaine, puisque basée simplement sur les conditions de sécurité pour les randonneurs (au fil des années, de nombreuses personnes ont perdu la vie sur le Kalalau. Après tout, cette randonnée a été classée comme une des 10 Randonnées les Plus Dangereuses aux USA #3, et une des 20 Plus Dangereuses Randonnées au monde #4. Yup ! Tetyana ne le sait pas vraiment encore. On y viendra plus tard :) ), mais accepte et change nos permis. 

Navette de retour, puis une petite minute de route pour arriver à Spouting Horn (Corne Jaillissante), une curiosité naturelle.

Spouting Horn, Kaua'i, Hawai'i

C’est ça. Le Spouting Horn.

Kaua'i, Hawai'i

Et une autre étrange curiosité trouvée juste autour. J’adore !!

Dernier—et pas des moindres—arrêts de la journée : Maha’ulepu. Celle-ci est quasiment invisible des cartes, et hors des guides, et la route pour y accéder nous est passée par les locaux : « conduisez là, passez l’hôtel, à droite sur la route de terre, essayez de trouver un ranch, gauche à la fourche … ».

Sur la route de Maha'ulepu, Kaua'i, Hawai'i
Héron, sur la route de Maha'ulepu, Kaua'i, Hawai'i

Nous nous perdons en chemin mais trouvons finalement d’autres voitures garées. On est assez haut sur une falaise, et la route pour rejoindre la plage est la même : « restez à gauche ici, descendez sur le chemin pour chevaux, pas celui pour les piétons, passez la caverne sur votre gauche, traversez la rivière … ».

Maha'ulepu, Kaua'i, Hawai'i

Après 20 minutes, nous arrivons sur une place vierge et vide. Un spot de surf pour certains, un paradis pour nous. Les courants sont forts ici, et, encore, il faut le savoir, mais le mieux nous attend après une longue marche, derrière ce qui semble être la fin de la plage : un coin où la côte retourne dans les terres pour former une baie.

Maha'ulepu, Kaua'i, Hawai'i

Maha’ulepu

Maha'ulepu, Kaua'i, Hawai'i

Quelqu’un ?!

Maha'ulepu, Kaua'i, Hawai'i
Maha'ulepu, Kaua'i, Hawai'i
Maha'ulepu, Kaua'i, Hawai'i

Petits récifs et sable blanc

Moitié sable à gauche, moitié récifs à droite. Une beauté simple et époustouflante. Nous déposons nos affaires et allons nager. Il n’y a personne autour. Un fort sentiment d’être seul au monde. Nous restons un peu, puis le Soleil glisse doucement vers l’horizon pour terminer un troisième jour, inattendu mais incroyable. Quel début d’aventure !

Maha'ulepu, Kaua'i, Hawai'i

Références

  1. Remonter au contenu Michael Stickney : photographe de mariage sur Kaua’i, www.iloveyouphotography.com
  2. Remonter au contenu Chez Chanterelle : spécialisée dans la fibre de bambou douce, le rayon et la dentelle. www.chezchanterelle.com
  3. Remonter au contenu Kalalau Trail : America’s 10 Most Dangerous Hikes – Kalalau Trail, Kauai, HI | Backpacker Magazine
  4. Remonter au contenu Kalalau Trail : The 20 Most Dangerous Hikes – Outside Magazine

Commentaires

  1. La mamounette

    Fabuleuse aventure avec des rencontres merveilleuses et des photos sublimes!
    Je ne me lasse pas de lire et relire et revoir les photos :)
    A quand la suite?

Rejoindre la conversation

Veuillez remplir ces quelques champs, ou, plus simple :
Toutes les informations restent confidentielles et ne seront jamais partagées. Promis.