Cap au Sud. Pérou, Bolivie, Chili. / Épisode 5 : Salar de Uyuni, lagunes et volcans. 3 jours dans le Sud Bolivien

Après le Salkantay Trek, l’émerveillement devant le Machu Picchu, après la reposante beauté et simplicité d’Isla del Sol et du Lac Titicaca, après la bruyante capitale La Paz et les sensations fortes à bord de précipice sur la Death Road, nous sommes arrivés … quelque part. Notre bus nous a déposé sur le petit trottoir d’une route poussiéreuse, dans ce qui semble être une ville fantôme.

Nous sommes maintenant au milieu de nulle-part, de nuit, dans un froid qui nous transit jusqu’aux os.

 

5 juin 2012,
Cafés à Uyuni. Salar de Uyuni, première journée

5:40.
Apparemment, nous sommes bien à Uyuni. Rien ne l’indique à proprement parler, mais le bus est maintenant vide et tout le monde s’est évaporé. J’espère que nous sommes bien arrivés !

Julien sort son guide de la Bolivie, cherche le nom de la ville, et nous présente une petite carte. Nous essayons de nous repérer, en vain. Il y a apparemment UNE rue importante, près de la gare. Mais où est la gare ? Nous marchons droit devant, histoire de tomber sur une intersection qui serait indiquée sur le plan. Nous trouvons après quelques minutes. Gauche. Gauche encore. Marche arrière. Nous n’avons aucune idée de notre position. Gauche encore. Nous sommes quasiment revenu à notre point de départ. Une grande boucle de 30 minutes dans le froid. Interminable. Épuisés. Engourdis. Une petite tension commence à monter.
Finalement, nous tombons par hasard sur une petite tente en plein milieu de l’intersection entre Av. Arce et Peru. Une dame est ici, avec une petite échoppe de fortune. Une petite bouilloire, de l’eau chaude et du café. CAFÉ ! 2 Bs. (~ 0,22 € / $ 0,28). Le réconfort a un petit prix.
Une autre dame avance vers nous et commence à nous parler. Apparemment, elle possède une agence de voyage et propose l’excursion que nous cherchons. Parfait !

7 h 30.
Nous entrons chez elle, je prends un autre café avant d’aller m’asseoir sur un de ses fauteuils et prendre quelques couvertures qui trainent là pour me réchauffer (il faudra 45 minutes de boissons chaudes et d’emmitouflage pour que je commence à me sentir mieux …).

Description du tour, nous expliquons que nous ne voulons pas la boucle mais l’arrêt au bout du parcours, à la frontière … tout semble OK. Elle s’absente, nous regardons tout autour de nous les feuilles A4 multicolores placardées au mur avec les recommandations des précédents voyageurs, dans toutes les langues, de toutes les origines, avec parfois le nom de l’agence remerciée gribouillée et remplacée par le nom de l’agence où nous sommes. Cela nous fait rire.

La dame revient, nous négocions un peu. Nous validons. YEAH ! Nous ne passerons pas la nuit suivante dans ce trou froid.

Nous attendons au chaud. 8 h 30, nous sortons, il fait maintenant jour, et nous avançons vers le « centre » de la ville. Rien de spécial au marché, mais nous faisons les quelques boutiques qui proposent des vêtements. Vu la nuit, et à la pensée des suivantes qui seront passées en plein désert, nous devons mieux nous équiper. La nuit, à Uyuni, la température est d’environ -13°C à ce moment de la saison.

Nous passons d’abord au bureau d’immigration car nous devons valider (3 jours en avance) notre sortie du pays. Sans cela, nous ne pourrons entrer au Chili ensuite. Puis nous achetons eau, cookies, barres de céréales : du réconfortant. Pull supplémentaire, gants, chaussettes … tout en alpaga, bien chaud et bien doux : du nécessaire.

Retour à l’agence.

11 h 10, notre chauffeur arrive, avec 40 minutes de retard. Nous nous mettons en route. Coin de rue suivant, premier arrêt, pour récupérer nos compagnons de voyage : Carolyn, Jenny et Felix.


Première destination :

Le cimetière de trains

GPS : -20.48196, -66.83809

Uyuni était autrefois la plateforme marchande centrale du Sud de la Bolivie, avec des voies ferrées allant jusqu’au Pacifique, en Argentine, et remontant jusqu’à La Paz, la capitale. Elle a été aussi hautement utilisée pour l’exploitation minière (de divers minerais. Par ailleurs, le Salar, juste à côté, renferme à lui seul 50 à 70% des ressources mondiales en Lithium, principal composant de certaines piles et batteries). En 1940, l’industrie minière locale s’est effondrée, les exploitants sont partis en laissant tout derrière eux, dont les trains utilisés pour le convoiement des marchandises. Rien n’a bougé depuis, et ce qui était autrefois une plateforme surexploitée est maintenant un cimetière.

Cimetière de trains, Uyuni, Bolivie

Complètement rouillé, complètement vide, complètement taggé …

Cimetière de trains, Uyuni, Bolivie
Cimetière de trains, Uyuni, Bolivie
Cimetière de trains, Uyuni, Bolivie

Toujours sur les rails …

Cimetière de trains, Uyuni, Bolivie
Cimetière de trains, Uyuni, Bolivie

Cap au Sud ! (Sud-Sud-Ouest pour être précis)

Nous retournons à Uyuni, puis nous partons au Nord, jusqu’à l’entrée « touristique » du Salar.


Salar de Uyuni

Je vous en ai déjà parlé, mais entrons maintenant dans les détails. Le Salar de Uyuni est un ancien lac préhistorique, maintenant asséché et qui a laissé derrière lui ses sédiments salins. Le Salar est un désert de sel. Celui-ci, Salar de Uyuni, est le plus grand au monde, avec une superficie de 10 582 km² (plus grand par exemple que … le Liban – 10 452 km²). Il est situé à exactement 3 656 mètres d’altitude. « Exactement », car celui-ci a aussi la merveilleuse caractéristique d’être une des zones au monde les plus plates. Imaginez, sur toute sa surface, la plus grande différence d’altitude est de … moins d’un mètre. Complètement plat (j’ai d’ailleurs découvert dans mes recherches, astronome dans l’âme que je suis, que ce Salar est très souvent utilisé pour la calibration des altimètres des satellites en orbite).

En gros, ça promet ! Et comme la journée (et les suivantes) seront passées à rouler, rouler et rouler encore, je ne vous raconterai que les différents arrêts et les choses intéressantes :) .

C’est parti !


Colchani, village touristique du sel

GPS : -20.30121, -66.93783

Nous commençons notre visite du Salar par un petit arrêt à Colchani, village d’exploitants du sel, où vous trouverez … des boutiques souvenir (c’est pas à la fin généralement ?). Tout est à base de sel, du plus petit bibelot jusqu’à la plus grande statue de lama, sculptée dans un bloc, à taille réelle.

Colchani, village touristique du sel, Bolivie

Village ?

Colchani, village touristique du sel, Bolivie

Exploitation de sel

GPS : -20.31399, -66.98384

Quelques mètres après le village, nous arrivons à l’endroit précis où se fait l’exploitation de Colchani. Rien d’industriel, aucune machine sur place, à part les camions qui font les aller-retours. Tout est fait à la force des bras, à la pelle : casser la croûte de sel, en faire des monticules, charger et expédier.

Selon les endroits, la croûte de sel peut varier d’une dizaine de centimètres (comme c’est le cas ici) à plusieurs mètres (plus au centre du Salar).

Salar de Uyuni, Bolivie

Des tas de sel

Salar de Uyuni, Bolivie

C’est la seule photo que j’ai pour vous donner une idée de la taille de ces cônes de sel :)

Salar de Uyuni, Bolivie

Un bus ?!

Salar de Uyuni, Bolivie

Oh non, un camion chargé de sel …

Salar de Uyuni, Bolivie

Ici il y avait un hôtel, abandonné

Salar de Uyuni, Bolivie

Et on se sent déjà en plein milieu de nulle-part, même si l’on y est pas encore …


Isla Incahuasi

GPS : -20.242778, -67.625278

Une petite île de corail fossilisé, au milieu de nulle-part (je pense que je vais battre le record d’utilisation de cette expression), en plein désert de sel, Isla Incahuasi, aussi appelée Isla del Pescado (l’ »île du poisson », allez savoir …).
C’est le lieu où nous prendrons notre lunch.
L’île est assez remarquable, car complètement recouverte de cactus géants, poussant à la vitesse d’un centimètre par année. Les plus grands mesurent maintenant … 12 mètres. Faites le calcul (1 200 ans, si vous êtes fainéant ou mauvais en maths).

Isla Incahuasi, Salar de Uyuni, Bolivie

Hop, petit arrêt …

Isla Incahuasi, Salar de Uyuni, Bolivie

Ici, il a un musée. Et tout est fait en bois de cactus !

Isla Incahuasi, Salar de Uyuni, Bolivie
Isla Incahuasi, Salar de Uyuni, Bolivie

Une île perdue en plein milieu de nulle-part

Isla Incahuasi, Salar de Uyuni, Bolivie
Isla Incahuasi, Salar de Uyuni, Bolivie

Vous voulez rentrer à pied ?

Isla Incahuasi, Salar de Uyuni, Bolivie

Dans le désert

Juste après Isla Incahuasi, nous continuons notre traversée, toujours vers le Sud (c’est le but de ce Carnet de Voyage après tout), roulant sur cette énorme étendue salée.

Salar de Uyuni, Bolivie
Salar de Uyuni, Bolivie

À gauche, en plein milieu du désert. Le sel est vraiment cristallin. À droite, plus au Sud. À cet endroit, des remontées d’eau sous pressions donnent au sel des formes de bulles, très solides (pas la pleine de marcher dessus, ça casse pas …).

Salar de Uyuni, Bolivie

Une marche solitaire au milieu du désert … Ça remet les choses en perspective.

Salar de Uyuni, Bolivie

… et puis par hasard on tombe sur des potes …

Salar de Uyuni, Bolivie
Salar de Uyuni, Bolivie

Plein Sud, juste avant de quitter le Salar. Ici, un lac salé, où la voiture s’enfonce dans l’eau comme dans des sables mouvants …

Salar de Uyuni, Bolivie

Campement à Agua Quisa

GPS : -20.56953, -67.64020

16 h 49, la journée se termine. Le Soleil est déjà bien bas, il est temps de rentrer se mettre au chaud.
Nous découvrons notre gîte, entièrement fait en blocs de sel : murs, lits, tables, tabourets … Fun !

Agua Quisa, Salar de Uyuni, Bolivie

Tout en sel !

Agua Quisa, Salar de Uyuni, Bolivie
Agua Quisa, Salar de Uyuni, Bolivie

Des sièges en pierres de sel

Agua Quisa, Salar de Uyuni, Bolivie

Home sweet home

Bon petit goûter, repas, puis nous jouons aux cartes avec nos amis. Nous apprenons aussi le jeu (comme nous pouvons), à une jeune fille d’ici … qui finira par nous mettre la pâtée, à chaque manche. La chance du débutant :D .

Agua Quisa, Salar de Uyuni, Bolivie

Le Soleil se couche …

Agua Quisa, Salar de Uyuni, Bolivie
Agua Quisa, Salar de Uyuni, Bolivie

On n’a jamais su son nom, elle n’a pas voulu le dire …

Agua Quisa, Salar de Uyuni, Bolivie

… mais pour sûr, elle nous a mis la pâtée !

19 h 10. Dernières photos à l’extérieur, puis c’est l’heure d’aller se coucher.

Agua Quisa, Salar de Uyuni, Bolivie

Jolie toile de fond pour un beau dodo non ?

Agua Quisa, Salar de Uyuni, Bolivie

6 juin 2012,
Désert Chuguana et Volcan Ollagüe, Laguna Hedionda, Laguna Honda, Désert de Siloli, Laguna Cañapa, Valle de Rocas, Laguna Colorada

Beaucoup de noms hein ! Oui, la journée va être chargée, et débute sur les coups de 6 heures du matin.

Agua Quisa, Salar de Uyuni, Bolivie

Petit lever de Soleil …

Agua Quisa, Salar de Uyuni, Bolivie

Holà!

Agua Quisa, Salar de Uyuni, Bolivie

L’auberge se réveille doucement …

San Juan, Bolivie

Premier arrêt dans un village du nom de San Juan … Certains en profitent pour acheter des petits trucs dans la seule épicerie (du coup, touristique, du coup, chère), pendant que notre chauffeur est parti boire une bière avec ses amis (c’est ce que nous pensons …).

San Juan, Bolivie

Désert Chuguana et Vocan Ollagüe

GPS : -21.36011, -68.02563

À une heure de notre camp, nous arrivons dans le désert de Chuguana, complètement entouré par les volcans. Certains dorment, d’autres sont éteints, et le Ollagüe, lui, est encore semi-actif (pas d’éruption récente, mais des fumeroles –signe d’activité– sont visibles sur son flanc).

Désert Chuguana, Vocan Ollagüe, Bolivie

Plus de sel. Ici, nous entrons dans le désert rocailleux.

Désert Chuguana, Vocan Ollagüe, Bolivie

Tout est sec, pas un animal, peu de vie …

Désert Chuguana, Vocan Ollagüe, Bolivie

… à part les touristes.

Désert Chuguana, Vocan Ollagüe, Bolivie

(Félix, notre compagnon de route)

Désert Chuguana, Vocan Ollagüe, Bolivie

Les lagunes Hedionda, Honda et Cañapa

GPS : -21.57131, -68.03620

Aaaah les lagunes ! Des petites perles bleues en plein milieu du désert. Des petits lacs, souvent plein de minéraux, de flore, et très souvent habités par des colonies de flamands roses.

Observez cette beauté !

Et premier arrêt, pour le lunch : Laguna Hedionda.

Laguna Hedionda, Bolivie
Laguna Hedionda, Bolivie
Laguna Hedionda, Bolivie

Au bord de la lagune …

Laguna Hedionda, Bolivie

… et si on regarde de l’autre côté, tout est complètement sec. Ces paysages sont vraiment surprenants.

Laguna Hedionda, Bolivie
Laguna Hedionda, Bolivie
Laguna Hedionda, Bolivie

On est pas en plein milieu de nulle-part ?

Laguna Hedionda, Bolivie

Oh ! Un flamand rose solitaire ! (tout seul sur cette lagune …)

Laguna Hedionda, Bolivie

C’est la fin du lunch !

Laguna Hedionda, Bolivie
Laguna Hedionda, Bolivie

Hahahaha :) . Le trio fantastique !

Quelques kilomètres plus au Sud, nouvel arrêt, au bord de Laguna Cañapa. Ici, joie du touriste, plein de flamands roses !

Laguna Cañapa, Bolivie

Et là, pas un, pas deux … PLEIN de flamands roses !

Laguna Cañapa, Bolivie

Et encore !

Laguna Cañapa, Bolivie

Et encore d’autres ! Tellement gracieux ces volatiles !

Laguna Cañapa, Bolivie
Laguna Cañapa, Bolivie
Laguna Cañapa, Bolivie
Laguna Cañapa, Bolivie

Activités réglementées … Ça en fait rire ! (Carolyn , une autre de nos compagnons de route)


Désert de Siloli, Valle de Rocas

GPS : -22.05173, -67.88312

Après les lagunes, la route continue et s’éloigne de toute présence d’eau. Nous grimpons sur un plateau volcanique, à 4 550 mètres.

Le désert de Siloli, désert le plus aride et le plus élevé au monde, connu pour ses formations rocheuses de lave (comme sorties de terre en plein milieu de … nulle-part) et son « Arbre de Pierre ».

Désert de Siloli, Bolivie

On continue la route, dans la joie et la bonne humeur …

Désert de Siloli, Bolivie
Désert de Siloli, Bolivie
Désert de Siloli, Bolivie
Désert de Siloli, Bolivie

Décors surréels …

Désert de Siloli, Bolivie

… et bienvenue sur … Mars !

Désert de Siloli, Bolivie

Nous sommes donc sur Mars, et après quelques kilomètres de plus, nous arrivons dans la Valle de Rocas, vallée de formations rocheuses issues des éruptions des volcans de la région.

Valle de Rocas, Bolivie

C’est surprenant.

Valle de Rocas, Bolivie

Youpi !

Valle de Rocas, Bolivie

Du sable, et des rochers volcaniques.

Valle de Rocas, Bolivie

Voilà.

Valle de Rocas, Bolivie

Et si vous voulez aller aux toilettes, bon courage !

Valle de Rocas, Bolivie

Auto-portrait en astronaute

Valle de Rocas, Bolivie

Le fameux « Arbre de Pierre ». On se demande comment il tient debout !

Valle de Rocas, Bolivie
Valle de Rocas, Bolivie

Laguna Colorada

GPS : -22.202, -67.773

Dernier arrêt de la journée : Laguna Colorada. Cette lagune, très distinctive par sa couleur, est protégée (partie de la réserve nationale de faune andine Eduardo Avaroa) : interdiction de descendre sur les rives.

60 km², 30 centimètres de profondeur seulement. Sa couleur rouge vient de certains de ses sédiments et des algues qu’on y trouve. C’est le lac préféré des flamands des Andes pour la reproduction. Intéressant n’est-ce pas ?!

Laguna Colorada, Bolivie

Bleu, rouge, blanc. Les îles blanches sont des îles de borax (Na2B4O7•10H2O) …

Laguna Colorada, Bolivie
Laguna Colorada, Bolivie

Campement sur la Laguna Colorada

GPS : -22.26516, -67.81592

Et voilà, la deuxième journée touche à sa fin. Longues heures à naviguer en altitude, à se remplir les yeux de vues magnifiques, et à prendre le vent et le froid.

Nous sommes contents de rentrer nous mettre au … euh … froid, dans un hôtel frigorifique (non-chauffé, 4 400 mètres, désert …). Heureusement, le repas est chaud lui, tout comme la sensation apportée par les quelques bières achetées, et le vin offert pour cette dernière soirée.

Laguna Colorada, Bolivie

On trinque !

Préparé comme jamais pour sortir faire des photos de nuits (la nuit précédente a été sympathique côté photo …), je me couvre de tous les vêtements que j’ai dans mes sacs, et je sors avec bonnet et gants (pas facile de faire des photos avec des gants, mais obligatoire ici …). Pas facile non plus de faire de la photo de nuit sans trépied, mais comme il faut voyager léger et que je suis débrouillard … je réussis à prendre quelques belles (?) photo de la toile située au dessus de nous. Admirez :) .

Laguna Colorada, Bolivie

Et une petite séance nocturne dans le froid. Il est encore tôt, la Lune n’est pas là, le ciel est dégagé et très lumineux. J’adore !

Laguna Colorada, Bolivie
Laguna Colorada, Bolivie

Quelques dizaines de minutes plus tard, une lueur monte à l’Est … J’attends patiemment et capture pour la première fois … un lever de Lune … Magnifique.

Il est temps de rentrer dormir, habillé dans le sac de couchage et sous deux couvertures … Froid !

7 juin 2012,
Les geysers de Sol de Mañana, Désert de Salvador Dalí, Termas de Polques, Laguna Verde, frontière Chilienne

Bon matin !

Bon matin !

Dernière journée de notre tour dans le Sud Bolivien. Aujourd’hui, nous descendrons jusqu’à la pointe Sud-Ouest du pays, pour passer la frontière et atteindre le Chili ! Mais avant, quelques dernières surprises nous attendent … Et pour ce faire la journée comment au lever du Soleil !


Geysers de Sol de Mañana

GPS : -22.43499, -67.75736

Quelques kilomètres de voiture au petit matin, encore à moité somnolent, et nous arrivons au sommet d’un volcan, à 5 000 m d’altitude. À vrai dire, « geysers » est le nom touristique, mais il n’y a pas de geysers à proprement parler. Ici, le terrain possède une activité volcanique intense, visible par les fumerolles et les sources bouillonnantes sulfureuses.

L’air est chaud, nauséabond (le soufre a une odeur très forte …). Le sol est un mélange de boue et de minéraux, très instable, très glissant et donc très dangereux.

Geysers de Sol de Mañana, Bolivie
Geysers de Sol de Mañana, Bolivie

C’est de la fumée … oui … mais pas que :D

Geysers de Sol de Mañana, Bolivie

On peut voir que le terrain est criblé de cratères bouillonnants. Faire attention !

Geysers de Sol de Mañana, Bolivie

L’air sort brûlant et sous très haute pression. Le bruit est intense, sensation d’avoir l’oreille collée à une cocotte-minute qui crache sa vapeur, et nous devons crier pour nous parler …

Geysers de Sol de Mañana, Bolivie
Geysers de Sol de Mañana, Bolivie

On se rapproche. Le sol brille. Attation, ça va glisser !

Geysers de Sol de Mañana, Bolivie
Geysers de Sol de Mañana, Bolivie

Un peu plus près des zones en ébullition … Ça fait « shplouack … shplouack … », ça sent fortement le souffre, à la limite de l’irrespirable, et c’est très chaud …

Geysers de Sol de Mañana, Bolivie

… pour ce plan, l’objectif de la caméra s’est obscurci de vapeur en … 2 secondes … Ça bout ici !

Geysers de Sol de Mañana, Bolivie

Attention, crevasse !

Geysers de Sol de Mañana, Bolivie

« shplouack … shplouack … »


Termas de Polques, sources chaudes de Laguna Chalviri

GPS : -22.535732, -67.649048

Après ces minutes passées près du chaud, nous reprenons la Jeep et nous descendons un peu plus bas … Ici, plus de bassins de souffre, mais de l’eau, riche en minéraux, qui sort directement du flanc du volcan.

5°C dehors, 35°C dedans … Il n’en faut pas plus pour oser se dévêtir et profiter d’un bain dans l’une des plus belles piscines naturelles au monde, coincée entre volcan et lagune (Laguna Chalviri).

Termas de Polques, Laguna Chalviri, Bolivie

Un petit bain avec la GoPro, forcément …

Termas de Polques, Laguna Chalviri, Bolivie

Et on profite entre potes :)

Termas de Polques, Laguna Chalviri, Bolivie

Un petit bassin, entre le flanc du volcan (derrière moi), et la lagune qui s’étend devant et quasiment à perte de vue …

Termas de Polques, Laguna Chalviri, Bolivie

Désert de Salvador Dalí

Juste le temps de se sécher et nous devons repartir. En direction de la frontière, nous traversons un des plus beaux déserts au monde, le désert Salvador Dalí, nommé ainsi parce qu’il ressemble aux décors des peintures surréalistes de … Dalí, bien sûr !

Désert de Salvador Dalí, Bolivie
Désert de Salvador Dalí, Bolivie

On continue vers le Sud …

Désert de Salvador Dalí, Bolivie

… avec des cookies pour se remettre du bain …

Désert de Salvador Dalí, Bolivie

… et l’appareil toujours à l’extérieur …

Désert de Salvador Dalí, Bolivie

Hey!

Désert de Salvador Dalí, Bolivie

Des paysages encore plus désertiques et surprenants …

Désert de Salvador Dalí, Bolivie

… beauté simple et efficace …

Désert de Salvador Dalí, Bolivie

… paysages simples mais marquants.


Laguna Verde, au pied du volcan Licancabur

GPS : -22.78816, -67.81974

Haaaaaa … Après trois jours, nous voici à notre dernier point avant la frontière. Notre voyage en Bolivie est déjà sur le point de se terminer.

Laguna Verde, dernière perle, dernier lac salé, lui offrant une teinte verte dû, je vous le donne en mille … au cuivre ! Eh oui. Il est à la limite avec le Chili, juste séparé par le volcan Licancabur, culminant à 5 930 mètres.

Laguna Verde, Bolivie

Les filles regardent leurs photos et se marrent … en Allemand. Nous, on pige rien …

Laguna Verde, Bolivie

Arrivée à Laguna Verde …

Laguna Verde, Bolivie

Laguna Verde

Laguna Verde, Bolivie

À la frontière

GPS : -22.880836, -67.798165

Derniers kilomètres et fin de la route pour notre groupe. Frontière Chilienne. D’ici, nous ne sommes aussi qu’à 63 kilomètres de la frontière avec l’Argentine, quasiment à l’extrême-Sud de la Bolivie.

C’est ici qu’on se dit au revoir ! Nos trois amis allemands retournent à Uyuni avec notre chauffeur. Nous, nous passerons la frontière.

Frontière Bolivie-Chili

Petite photo de groupe avant de se séparer.

Frontière Bolivie-Chili

Il faut attendre une navette qui nous amènera de l’autre côté … Du coup, photos !

Frontière Bolivie-Chili

Le volcan Juriques en fond, avec un sommet à 5 704 m.

Frontière Bolivie-Chili

C’est fermé … Le poste frontière est situé à 4 500 m, la ville Bolivienne la plus proche est à … 220 km à vol d’oiseau.

Frontière Bolivie-Chili

Du coup, on mange et on attend …

Frontière Bolivie-Chili
Frontière Bolivie-Chili

Et on prend le temps de passer la frontière à pied. Hop, de la Bolivie au Chili !

Quelques dizaines de minutes dans le vent et le froid, et notre navette arrive. Nous embarquons, et nous entrons au Chili sur les coups de 11 heures du matin …

Commentaires

  1. Nicolas

    ENCORE! ENCORE! ENCORE!

    1. b!

      :)

  2. Héloïse

    Bonjour, je prévois de faire un road trip d’un mois Pérou/Bolivie cet été. Pourrais tu s’il te plait me transmettre le nom de l’agence qui t’a accompagné d’Uyuni à Laguna Verde et le prix que cela t’a couté ?
    En tout cas merci beaucoup pour ce carnet de voyage, ça donne envie!

    1. b!

      Bonjour Héloïse !

      Merci pour ton message et ton compliment concernant Cap au Sud. Je suis heureux que ce Carnet de Voyage t’ai servi et t’ai donné envie de voyager à ton tour !
      Pour une réponse simple à ta question, je n’ai ni le nom, ni le souvenir du prix. L’agence n’avait pas de nom, mais je dirais que nous avons payé entre $100 et $200 probablement.

      Pour une plus longue réponse et d’autres éléments qui peuvent te guider, je te dirige vers les Questions-Réponses de ce Carnet de Voyage, qui contient pas mal d’éléments qui peuvent t’intéresser : //i-am.bz/carnets-de-voyage/2015/cap-au-sud-perou-bolivie-chili/question-reponses-quoi-ou-comment

      Bon voyage !!!

Rejoindre la conversation

Veuillez remplir ces quelques champs, ou, plus simple :
Toutes les informations restent confidentielles et ne seront jamais partagées. Promis.